Succession de Houon Ange Didier : Qui a droit à quoi ?

0
84

En Afrique, les questions de successions sont toujours très délicates et encore plus dans ce cas ou la personne mis en cause est une personne célèbre. Le vendredi 29 mai 2020, une énième sortie de la génitrice de feu Houon Ange Didier (DJ Arafat) m’a interpellé.

De fait, Logbo Valentine, alias Tina Glamour, accuse les mères des enfants et l’entourage du défunt de vouloir s’accaparer les biens. Elle s’autoproclame héritière légitime des biens de Dj Arafat.

Cette situation, beaucoup de familles africaines la vivent fréquemment, laissant les ayant-droits sans rien.

Que dit la loi ivoirienne à propos des successions et qui a droit à quoi après la mort ?

La Section 3 de la loi n°2019-573 du 26 juin 2019 relative aux successions nous dit ceci en ces articles :

Art. 26. Les enfants ou leurs descendants et le conjoint survivant succèdent au défunt. Les trois quarts de la succession sont dévolus aux enfants ou leurs descendants et un quart au conjoint survivant. À défaut de conjoint survivant, les enfants ou leurs descendants succèdent seuls au défunt.

Art. 27. À défaut d’enfants et de descendants d’eux, une moitié de la succession est dévolue aux père et mère du défunt, l’autre moitié au conjoint survivant.

À défaut de conjoint survivant, une moitié de la succession est dévolue aux père et mère, l’autre moitié aux frères et sœurs du défunt.

À défaut de père et mère, une moitié de la succession est dévolue au conjoint survivant, l’autre moitié aux frères et sœurs du défunt.

À défaut de conjoint survivant et de père et mère, la succession est dévolue aux frères et sœurs du défunt.

La loi est claire. Les premiers bénéficiaires de la succession d’un défunt, ce sont les enfants. Ils restent de façon exclusive les héritiers. Même un projet de loi du droit des successions entend désormais faire de la femme légitime un « héritier réservataire » qui ne pourra donc plus, au même titre que les enfants, être écartée de la succession d’un époux défunt. On attend le vote de cette loi par le Parlement.

Pour revenir à notre cas, Madame Logbo Valentine n’a pas plus de droit sur les enfants de Feu Houon Ange Didier, comme elle le prétend. Elle est juste la mère de DJ Arafat et vient en matière de succession après les enfants.

Cette affaire vient mettre à nu une situation que nous vivons tous dans nos familles africaines. Il est difficile en réalité que les enfants soient reconnus dans la succession. Il serait temps de donner à César ce qui appartient à César.

J’espère avoir été utile, car revendiquer ses droits héritiers n’est pas une chose mauvaise en soi. Mais, en Afrique, il faut le faire dans le respect et, si possible, faire intervenir des ainés en sagesse afin que les biens soient restitués aux ayant-droits.

Bonne semaine à toutes et que DIEU nous aide à comprendre nos droits.

 

Crédit photo : People 225

Laissez un commentaire