Laissez nos filles aller à l’école

0
615
filles

« L’école ? Mais c’est quoi l’école ? Viens aider ta mère dans le ménage ou viens te marier et fais des enfants à ton mari. »
Tel est l’avenir réservé à certaines de nos jeunes sœurs africaines et particulièrement ivoiriennes en âge d’aller à l’école qui rêvent de faire partie des femmes les plus influentes du monde, mais qui ne verront pas leurs rêves se réaliser.

La rentrée, c’est pour bientôt. Mais certaines jeunes filles ne connaîtront pas la joie des retrouvailles des amies de classe de l’an passé, car leur avenir est toute autre.
Elles verront leurs amies dans leurs uniformes aller vers les temples du savoir et elles seront confinées quelque part à vaquer à d’autres occupations.

Des jeunes filles sont arrachées au système éducatif pour soi-disant aider leurs mères aux tâches ménagères ou pour bien la plupart des cas le mariage.
D’autres, par contre, n’ont jamais déposé leurs pieds dans une salle de classe, car leur destin, c’est d’apprendre à maintenir un foyer en aidant maman à la cuisine, car elle a déjà son vieux mari qui l’attend quelque part.

Sérieux, au 21e siècle là encore ? Mais on est ou là???Mariage et puis enfant, c’est forcé ? C’est tout ce qui définit une femme ? C’est vraiment dommage.
On continue de forcer des jeunes filles à se marier et pour la plupart aux vieux hommes qui pourraient être leurs grands-pères ; ils n’ont même pas de style, gaou dernier cri, ventripotents. Mais sont riches, capables de payer la dot et de gâcher l’avenir d’une jeune fille qui sera sans connaissances, mais dévouée à son vieil homme de mari. Non mais oh, il faut arrêter.
Aujourd’hui, les choses ont changé et évolué. Elle a bien d’autres valeurs et d’intelligence pour se limiter qu’au mariage ou qu’à faire des enfants. Une femme a droit à l’éducation.

Selon un rapport de l’Unesco : les enfants de mères instruites ont plus de chances de survivre et d’être en bonne santé. Les femmes instruites se marient plus tard, ont moins d’enfants et courent moins de risques de mourir en couches que les femmes sans instruction ou quasiment sans instruction.
L’éducation des filles pourrait être l’outil le plus efficace contre la propagation du VIH/SIDA. Des mères instruites sont plus inclinées à envoyer leurs enfants à l’école, ce qui est important pour briser l’engrenage de la pauvreté intergénérationnelle.

L’éducation des filles a des effets multiplicateurs dans d’autres domaines également. Une éducation de qualité incite les enfants à rester à l’école et ils risquent moins d’être exploités ou victimes de violences. L’éducation peut aider à comprendre et apprécier l’importance de la justice sociale, de la paix et de l’environnement dans lequel nous vivons. Les pays qui ont les taux de scolarisation primaire les plus élevés et les plus petites différences entre les taux de scolarisation des filles et ceux des garçons sont habituellement plus démocratiques.

Je vais même rajouter pour dire qu’une femme instruite n’a pas besoin d’attendre un homme pour gérer ses affaires et suivre n’importe qui, n’importe comment. Elle a mieux à faire que d’écouter des bla bla. Elle cherche son argent pour se gérer, et gérer sa famille. Elle ne dure pas dans mauvais rêve.

Nos mamans ont sacrifié leurs éducations pour que nous, nous soyons cultivés pour améliorer les choses. Acceptons de rompre la chaîne de l’analphabétisation et de participer sainement à l’éducation de nos filles.

Le gouvernement a pris une bonne résolution en rendant obligatoire l’accès à l’école. Mais à mon humble avis, on peut faire mieux en poussant le bouchon loin : Peine de prison plus sévère pour ceux qui refusent de mettre leurs filles à l’école. Ça va les calmer un peu.

Laissez nos filles avoir accès à l’éducation, car parmi ces jeunes filles, il y a des futures Agnès KRAIDY, JACQUELINE OBLE, qui grâce à l’éducation sont devenues des femmes d’exception.

La femme a droit à l’éducation. Éduquons là.

Bonne rentrée scolaire à toutes…

Laissez un commentaire