Kamara Kolo Rachelle Danielle : Je suis passionnée de culture et je ne fais que vivre pleinement ma passion

0
182

Il n’y a pas de sot métier. C’est ce que dit l’adage. Il n’y a donc pas d’activité à négliger. C’est ce qu’a fait celle que nous recevons. Elle a fait de la culture son créneau en mettant à disposition les costumes de nos régions pour les cérémonies à connotation traditionnelle. Elle est devenue incontournable dans le domaine. Découvrons ensemble Kolo Rachelle Camara Danielle.

Tu préfères Kolo Rachelle ou miss Tenue Traditionnelle ?
Appelez-moi la fée Tradi !

Heureuse de te recevoir. Une petite présentation pour nos lectrices, histoire d’en savoir plus sur toi…
Le plaisir est partagé… Je suis Miss Kolo, à l’état civil Kamara Kolo Rachelle Danielle, jeune femme extravertie, passionnée de la culture ivoirienne.

En quelques lignes, quel est ton parcours ?
J’ai fait une bonne partie de mes études à l’intérieur du pays, précisément au centre. Après la crise politico-militaire de 2002, il fallait absolument se rendre à Abidjan pour présenter un examen. À l’époque, je devais présenter le BEPC. Je fus donc contrainte de venir à Abidjan loin de mes parents pour poursuivre mes études. Après l’obtention de mon Baccalauréat, j’ai embrassé la filière de l’informatique. Je suis informaticienne de formation. J’exerce actuellement comme Community Manager dans une structure dont je tairais volontairement le nom.

J’ai bien envie de te demander : avec une belle taille, pourquoi pas une agence d’hôtesse, de mannequinat et plutôt des costumes traditionnels ?
Ben… je vous répondrai tout simplement « pourquoi pas des costumes traditionnels ? » (Rires). Je suis passionnée de culture, en général, et principalement des pagnes traditionnels. Comme je vous l’ai dit plus haut, je ne fais que vivre pleinement ma passion.

Comment t’es venue l’idée de Tenue Traditionnelle et qu’est-ce qui t’a motivé ?
Tenue Traditionnelle est un projet qui est né « d’un goumin de travail ». Le professeur Mian, pour qui je travaillais à l’époque, m’a demandé un jour de me lancer dans l’entreprenariat, qui pour lui serait une voix qui me réussirait. Il m’a donné mon premier financement que je devais absolument fructifier. Croyez-moi, à cette époque, je n’étais pas du tout contente. Je préférais largement cette sécurité salariale garantie. J’ai donc commencé par la vente des nappes tissées de Korhogo avec 50 000 francs CFA. Ensuite, la promotion des tenues nigérianes faites par des Ivoiriens lors des cérémonies (mariages et autres) a été un véritable déclic pour moi. J’ai commencé la location avec seulement un pagne et quelques bijoux. Le reste est venu au fur et à mesure. La suite, vous la connaissez… Tenue Traditionnelle Ivoirienne. Aujourd’hui, je dois TTI en partie à Pr Mian. Il fait partie des personnes qui ont toujours cru en moi et qui m’aide à donner le meilleur de moi.

Des obstacles, tu en as eus, je suppose. Si oui, comment les as-tu surmontés ?
Je ne vous apprends rien, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Il y a des jours « avec » et des jours « sans ». Je vais vous donner un petit secret, promettez-moi de ne le répéter à personne. Quand tout semble aller de travers, je ferme les yeux quelques secondes, je souffle un grand coup. Je confie l’instant présent au Créateur et je mets de la musique. Après ça, à coup sûr je trouve une solution au problème qui m’embêtait. Vous pouvez l’essayer, satisfaction garantie.

Comment se fait le choix des tenues ? C’est toi qui fais le choix ou les clients ?
En général, je laisse d’abord les clients faire le choix. Je leur donne quelques orientations en fonction de la région, de la morphologie. On finit toujours par trouver ensemble la ou les tenue(s) adéquates.

Peux-tu nous raconter une anecdote qui t’a marquée avec l’un de tes clients ?

MES PREMIERS MARIÉS
Comment leur dire qu’ils étaient mes premiers mariés que je devais habiller et que je n’avais pas beaucoup d’expérience.

J’ai passé une nuit blanche à stresser et à m’entrainer sur mes nièces qui étaient avec moi cette nuit-là. J’ai galéré pour la première fois en bon apprenti. Ce fiasco a titillé mon orgueil, ça m’a donné l’envie d’apprendre et me perfectionner. J’ai commencé à assister à tous les mariages dont j’avais écho, pour voir comment on s’y prenait pour sublimer les mariés. J’y allais pour connaitre les techniques qu’on utilise pour attacher les pagnes, pour embellir les mariés et Dieu seul sait combien celles-ci sont légion. Ce petit « globe-wedding », si je peux m’exprimer ainsi, m’a permis d’acquérir une belle petite expérience. Chaque nouveau mariage est un nouveau challenge pour moi, une nouvelle source d’inspiration. Merci à mes premiers mariés.

Penses-tu que, de nos jours, avec une petite activité, une femme peut se prendre en charge et être indépendante ?
Oui, c’est possible. Je crois surtout qu’il faut y ajouter beaucoup de détermination, de courage, de rigueur et de discipline.

                                                                                                                                           

 

Quel bilan tires-tu du début de ton aventure Tenue Traditionnelle Ivoirienne à aujourd’hui ?
Quand je lance un regard rétrospectif, sans me lancer des fleurs, je suis vraiment fière de mon parcours. Bien sûr, il y a encore du chemin à faire, beaucoup de choses à améliorer encore, mais je reste très optimiste, car le meilleur reste à venir.

Qu’aimes-tu faire quand tu n’es pas en train de gérer TTI ?
J’adore voyager ou lire un livre tranquille dans un coin de la maison.

Pour conclure, quel(s) conseil(s) donnerais-tu à une jeune fille qui souhaiterait suivre ton exemple ?
Allez, vas-y, crois en tes rêves ! Travaille dur pour y arriver ! Et surtout, ne laisse personne te convaincre du contraire.

C’est possible d’avoir une petite activité, d’en vivre et d’être autonome financièrement. Il faut être déterminée, courageuse, en se donnant comme ligne de conduite la rigueur et la discipline comme nous le dit Kolo Rachelle. Il ne faut jamais laisser les autres briser vos rêves. Croyez en vous.

C’est sur ces quelques notes de motivation que se termine notre entretien. Si son parcours vous a touché, n’hésitez pas à l’encourager avec un « like », un commentaire ou un partage de l’article. D’ici là, prenez bien soin de vous et on se dit  à la prochaine !

Vous pouvez joindre  Tenue Traditionnelle Ivoirienne sur leur page Facebook : Tenue Traditionnelle Ivoirienne | Facebook

Contact / WhatsApp  : + 225 07 08 56 37 56 / 01 01 15 10 26

 

Crédit photo :  Tenue Traditionnelle Ivoirienne

Laissez un commentaire