Déclaration du Réseau des professionnels des médias engagés dans la lutte contre les violences sexuelles (Repmelvs) suite au décès d’Océane, le 30 septembre 2019.

0
51

Le lundi 30 septembre 2019, c’est avec stupeur que nous apprenons le décès de Bouassa Ahou Océane, 3 ns au Chu de Cocody. Cette fillette a perdu la vie après qu’elle ait été enlevée et  sauvagement violée par un individu à Dimbokro. Cet acte criminel, ignoble, abject et apocalyptique intervient malheureusement au moment où la Côte d’Ivoire s’honore d’être retirée de la liste honteuse des pays indexés pour pratique de violences sexuelles y compris celles commises en période de conflit. 

C’est pourquoi, nous, membres du réseau des professionnels des médias engagés dans la lutte contre les violences sexuelles (Repmelvs), condamnons avec la dernière énergie, ce crime. 

Exigeons que le coupable soit activement recherché, retrouvé, jugé et condamné conformément à la loi afin de décourager les potentiels abonnés à cette pire forme de criminalité. 

Demandons aux autorités ivoiriennes d’accentuer et étendre les actions de sensibilisation contre les violences sexuelles sur toutes ses formes afin de sauver des vies. Pour le Repmelvs, il s’agit d’un crime de trop qui vient  briser les efforts déjà consentis  du gouvernement ivoirien en matière de lutte contre les violences sexuelles. Le Repmelvs prie le Seigneur d’accepter Bouassa Ahou Océane auprès de lui et exprime sa vive compassion à sa famille encore meurtrie. Le Repmelvs dit Non et non aux violences sexuelles.

Fait à Abidjan, le 4 octobre 2019.

Pour le Repmelvs

La présidente exécutive

Laissez un commentaire