À quand la fin des violences faites aux femmes ?

0
432
violence

Le 25 Novembre est le jour choisi par la communauté internationale pour lancer un appel pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. En Côte d’Ivoire, plus de 60 %de femmes subissent des violences, selon des chiffres de 2012. Jusqu’à quand ça va durer ?

Pour la plupart des cas, la violence est physique (coups et blessures). Mais, la violence peut être sexuelle (viol) ou morale (harcèlement, oppression, etc.). Cette dernière est la plus dangereuse parce que c’est ce qui donne ulcère, AVC (accident vasculaire cérébral), hypo ou hypertension et tue très lentement et silencieusement.

Je suis si triste que ces pratiques subsistent encore, car c’est vraiment méchant de déverser tant de colère et de rage sur un être qu’on est censé chérir, protéger, valoriser. Imposer l’autorité et le respect par la violence, c’est vraiment dépassé. Même si tes gars te disent « c’est bien, tu es vrai garçon. Il faut lui apprendre le respect à celle-là », permets-moi de te dire que tu es un lâche et que ce sont les faibles qui s’attaquent à moins fort qu’eux.

Pour avoir été victime de violences physiques sur mon ancien lieu de travail, je suis bien placée pour en savoir quelque chose. J’ai reçu une bonne gifle car, selon cet énergumène, je lui avais manqué de respect. Je n’en revenais pas. Quel genre de colère pouvait pousser quelqu’un à brutaliser sa collègue ?

Ce jour-là, j’ai ressenti ce qu’une femme battue pouvait ressentir. J’ai été humiliée dans ma chair, car cela s’est passé devant toute l’équipe de tournage et j’ai vraiment compris la souffrance d’être une femme battue. Une gifle, j’ai reçue là et celles qui vivent dedans tous les jours ?

Cependant, j’avais une arme : ma bouche. J’ai donc informé quelques membres de la communauté web. J’ai été cependant surprise de constater qu’aucune action n’a été entreprise (Bon, en même temps, je ne suis qu’Ahou. On me connaît où ?). Ce mutisme voulait peut-être dire que j’avais bien mérité cette gifle qui a même endommagé mon plomb dentaire. Aujourd’hui, cet élément circule avec les noms connus de la communauté. Aucune excuse de sa part, pour signifier qu’il regrette son acte. Eh oui, c’est un homme. Pfff

C’est comme ça que ces femmes restent silencieuses sous la menace de leurs bourreaux et souffrent en silence. Elles se disent « De toute façon, rien ne lui sera fait. » Et c’est là, une grave erreur que commettent nos sœurs qui se taisent et laissent ces lâches circuler.

Les lois ne sont pas spécifiques aux femmes violentées et il serait grand temps de penser à les rendre plus dures. Pour le moment (malheureusement), nos femmes députés ont de sérieux problèmes avec celles qui se dépigmentent avec les produits de basses qualités. La priorité, pour elles, c’est de s’éclaircir avec de bons produits hauts de gamme, ou encore de faire de la femme un chef de famille. Sérieusement, est-ce cela le plus important ? Alors que vos sœurs ont de réels problèmes pour lesquels de vraies lois doivent être votées ? Vous faites quoi là-bas alors, si ce n’est pas pour défendre nos droits ?

En voyant ça, je me dis que nous devons nous lever nous-mêmes (femmes) et nous battre pour que les choses changent en notre faveur, parce que si on veut rester là à compter sur nos « défenseures », on va durer ici.

Il faut se décider à refuser de recevoir les coups d’un homme. Parlons-en si nous le pouvons. Ne nous taisons plus, car la violence a des conséquences sur la femme : dévalorisation, humiliation, insociabilité et marginalisation. L’épanouissement devient difficile et cela peut conduire à une mort lente.

Pour ne pas laisser derrière les enfants que tu protèges en restant dans ce foyer, FEMME, lève-toi et dis NON À LA VIOLENCE !

Toi, homme, la femme fait la cuisine pour toi, te donne de beaux-enfants et accepte de déformer son corps pour toi. Quand tu es rassasié, pour lui dire merci, tu la bats comme un tam-tam. Quelle méchanceté, quelle ingratitude… Alors qu’elle pourrait bien te faire du mal, car elle tient ta vie entre ses mains.

Si DIEU a enlevé l’os de la côte et non la plante des pieds, c’est parce que, dans son plan, il avait prévu que nous soyons des aides et non des tambours pour nous taper dessus. Alors, quand tu lèves la main sur une femme, il faut penser au fait que ta mère soit une femme. De la même façon, tu tapes enfant de quelqu’un, on peut taper ta mère, ta sœur ou ta fille. Quelle sera ta réaction dans ce cas-là ?

Alors au lieu de la violenter, soit plutôt reconnaissant en la protégeant. La femme donne la vie, respectons sa vie. Kouman bana !!!

Laissez un commentaire