Être une femme entrepreneure n’est pas chose facile de nos jours. Du manque de financement aux propositions (très souvent) indécentes, nombreuses sont les jeunes femmes qui sont tentées ou qui abandonnent leurs projets.

Les épreuves susmentionnées ne les arrêtent pas toutes. Certaines, par leur motivation et leur persévérance, arrivent à donner vie à leurs ambitions. C’est le cas de Sandrine Aboua, CEO Mesmèches Hair & Cosmetiques.
Cette belle et dynamique jeune dame a su trouver une alternative au manque de financement de sa banque pour mettre sur pied son business. Entretien.

Hello Sandy. Comment vas-tu ? Tu pètes la forme. Comment tu fais ?

Je vais bien. J’essaie de garder la forme en mangeant équilibré et en faisant du sport dès que je le peux.

Que fais Sandy quand elle se réveille ? Ses petits gestes beauté quotidien ?

Je bois un grand verre d’eau au réveil. C’est bon pour l’organisme. Au quotidien, j’hydrate bien ma peau chaque matin avant mon make-up. Et, le soir, je prends le temps de bien me démaquiller et me nettoyer le visage.

Parle-nous un peu de ton parcours scolaire et professionnel.

J’ai fait toutes mes études secondaires au lycée Sainte Marie de Cocody, où j’ai obtenu un BAC D. J’ai ensuite été au Groupe école d’ingénieurs Agitel Formation, où j’ai décroché un BTS option Comptabilité et finances et un Master en Ingénierie comptable et financière.

J’ai bossé en tant qu’assistant trader dans une société de bourse, puis en tant que comptable. J’avais cependant le désir d’entreprendre. Lorsque l’opportunité s’est présentée, je n’ai pas hésité.

Pourquoi avoir choisi la cosmétique au détriment de la mode, notamment le mannequinat, surtout que tu as la silhouette parfaite ?

J’ai toujours été attirée par la mode et la beauté. Ce sont 2 secteurs qui vont de pair. J’ai même eu à faire du mannequinat quand j’étais en année d’ingénieur. Sauf que j’ai dû arrêter car je n’arriverais plus à concilier castings, défilés, cours et examens.

Depuis combien de temps a débuté l’aventure Mesmèches ?

L’entreprise Mesmèches existe depuis décembre 2014. Cela fait un peu plus de 2 ans.

A-t-il été facile pour toi de mettre en place cette entreprise ?

Cela n’a pas été facile. Quand tu es jeune et que tu veux réaliser un projet, c’est très difficile de trouver un financement.

As-tu reçu l’aide d’un particulier, d’une banque pour lancer ton business ?

En plus des économies que j’avais faites en travaillant, j’ai pu compter sur le soutien de mes parents et amis qui ont cru en moi et en mon projet.

Penses-tu que le manque de financement des petites entreprises soit aujourd’hui un réel problème et une entrave à l’entrepreunariat (féminin) ?

Ah oui. Il est vraiment assez difficile pour les PME de trouver un financement, surtout en phase de création. Les établissements financiers ne sont pas prêts à supporter les risques liés au début d’activité. Aussi, les PME disposent de très peu ou pas assez de garanties à hauteur des fonds qu’elles demandent.

Parlons de ta nouvelle gamme pour cheveux « Aloès Coco ». Comment t’es venu l’idée de faire une gamme appropriée aux cheveux des femmes noires ?

Avec le vent du retour au naturel, j’ai voulu, moi aussi, adhérer au mouvement Nappy. Mais, je me suis rendu compte que tous les produits naturels de soins capillaires qui étaient recommandés par les professionnels étaient des produits américains qui coûtaient assez chers. Alors que ces produits sont faits à base d’ingrédients naturels que nous trouvons à profusion ici, en Côte d’ivoire, et dans la sous-région.

Alors m’est venu l’idée de produire une gamme de soins capillaires 100% naturelle, dont la plupart des ingrédients naturels viennent d’ici. D’abord, pour faire travailler les coopératives de femmes ivoiriennes, ensuite pour pouvoir vendre les produits à moindre coût afin que toutes les femmes puissent utiliser des produits sains pour leurs cheveux, sans se ruiner.

Qu’est-ce que cette gamme peut apporter de nouveau aux utilisatrices ?

La gamme « Aloès Coco » apporte toute la nutrition et l’hydratation nécessaires aux cheveux afro et métisses, secs ou abîmés.

C’est vrai que tu es un businesswoman et que tu dois être très occupée. Quand tu as du temps libre, que fais-tu pour déstresser ?

J’aime bien aller aux expositions d’art, au cinéma, au restaurant, prendre un verre avec des amis.

Que penses-tu du phénomène de la dépigmentation ?

La peau noire est tellement belle que nous devons être fier de l’avoir et ne pas se complexer au point de vouloir s’éclaircir la peau.

Comptes-tu étendre ta production à une gamme pour la peau noire ?

Pour le moment, je me cantonne au domaine capillaire. Plus tard, peut-être.

Que veux-tu que l’on retienne de toi et surtout quel est ton message à toutes ces jeunes filles qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat et se mettre à leur propre compte ?

Je suis une jeune entrepreneure ivoirienne dans le secteur de la cosmétique et une passionnée de mode.

Pour toutes celles qui veulent entreprendre, il faudrait qu’elles fassent le bon choix du secteur dans lequel elles voudraient évoluer et faire des analyses du secteur, du marché avant de s’y lancer.

 

As-tu des projets que tu souhaites partager avec nous ?

Pour le moment, je me concentre sur le développement de ma marque et la promotion de notre gamme « Aloès Coco ».

Ton mot de fin

Mon mot de fin est une citation que j’aime bien : « Tout est possible à celui qui rêve. Ose, travaille, et n’abandonne jamais ».

Sandrine Aboua, jeune femme entrepreneure et dynamique n’a pas forcément attendu l’aide et le financement d’une banque pour se lancer dans l’entrepreneuriat. La démarche n’est certes pas facile, mais elle y est arrivée, grâce à la détermination qu’elle avait d’atteindre ses objectifs et créer son business.

Aujourd’hui, elle a pu réaliser le rêve d’ouvrir sa boutique et d’être une femme indépendante.

Tu veux entreprendre. Tu veux lancer ton business. Mais, tu es hésitante parce que le financement n’arrive pas. Comme Sandrine, n’abandonne pas ton rêve. Crée ton financement en économisant le peu en ta possession et mets en place ton business. Commence petit et n’abandonne pas. Donne-toi les moyens de réaliser et d’atteindre tes objectifs.

À Bientôt pour d’autres histoires inspirantes.

Contacts Mesmeches Hair & Cosmetiques :
Abidjan ,Angré terminus 81 -82
Tel : (+225) 49 49 02 79
Facebook: https://www.facebook.com/Mesmeches/
                      https://www.facebook.com/mesmechescosmetics/


Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.