Il y a une semaine, les amoureux étaient heureux. C’était leur journée. Les cadeaux et surtout l’amour étaient au rendez-vous. Pendant ce temps, les célibataires la jouaient triste. À voir leurs mines, on croirait qu’on leur avait annoncé le décès d’un parent.

Faisant moi-même partie du « FC Célibataires », je n’ai pas voulu faire comme mes collègues cette année. J’ai décidé de vivre une Saint Valentin spéciale. Passer des moments avec des ami(e)s et vivre des expériences nouvelles comme jamais auparavant. Car, je me dis qu’être célibataire le 14 février, ce n’est pas la fin du monde. Nous devons plutôt bénir DIEU pour la chance que nous avons d’être en vie, en bonne santé et profiter de ce « temps de liberté » pour bien choisir notre futur conjoint.

Alors, pour ce week-end de Saint Valentin 2016, entre mariage (amour et glamour) d’une amie (Sarah), sortie au restaurant et à Bassam, j’ai fait des choses que je n’avais jamais faites et dont j’avais envie. Une aventure culinaire avec l’agneau à l‘étouffée en Zone 4, en compagnie d’un bel orchestre. Interpréter des chansons d’amours d’auteurs ivoiriens et en langues locales. Une idée originale que j’ai énormément aimée.

Ensuite, mon goût pour l’aventure m’a amené à jouer au billard. J’ai appris et compris les principes de bases de ce jeu fort intéressant. Malheureusement pour moi, la chance du débutant n’était pas au rendez-vous.

Toujours pas satisfaite, j’ai pris la route de Grand-Bassam. J’ai longtemps rêvé qu’un jour, j’irai marcher sur la plage la nuit. C’est désormais chose faite. La brise fraiche de la mer m’a fait oublier la chaleur suffocante d’Abidjan.

En somme, j’ai passé une agréable Saint Valentin en compagnie de ma famille, de mes ami(e)s, et cela m’a permis de rencontrer du beau monde au lieu de m’enfermer et verser toutes les larmes de mon corps comme si le ciel m’était tombé dessus.

Je ne relate pas cette expérience pour vous montrer que j’ai une vie de rêve. Loin de là. J’ai juste pris l’initiative de vivre la vie de célibataire en étant épanouie. En non ne m’apitoyant sur mon sort. Histoire de dire à mes collègues (lol) que la vie ne s’arrête pas au célibat. Il faut apprendre à vivre et à être heureux seul(e). Ainsi, on appréciera mieux le bonheur à deux quand viendra le temps de partager notre vie avec notre bien aimé(e).

On fera alors tout pour le (la) rendre heureux (se) car nous avons appris, en étant célibataire, qu’être heureux est un don et le faire vivre à notre partenaire sera un beau challenge à relever.

Comments

comments

Une réponse

  1. Hosting

    Alors qu’elle vivait une belle histoire d’amour avec le papa de son fils, Stephanie Clerbois a ete trahie par ce dernier.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.