La mode est devenue un élément prépondérant dans la vie de chaque femme. Aujourd’hui qu’on soit « grosse » ou mince, nous portons toujours un intérêt aux vêtements (et accessoires) que portent les autres. L’observation de la mode, Amenan Tanoh et Fanta Koné en ont fait leur marque de fabrique. Au point où elles sont devenues incontournables dans le domaine à Abidjan. Les deux jeunes filles, en plus d’être des intellectuelles, sont une source d’inspiration car elles ont cru en elles. Aujourd’hui, elles dirigent le meilleur webzine de mode de Côte d’Ivoire. Recevez mes deux stars de FALL IN MODE.

Bonjour Fanta, bonjour Amenan ! Comment allez-vous ?
AMENAN TANOH et FANTA : On va très bien merci.
Présentez-vous, s’il vous plaît, à nos AHOU…

AMENAN TANOH : Je suis Amenan Tanoh. Etudiante, mannequin, bloggeuse, co-fondatrice du webzine Fall In Mode… On va s’arrêter là pour faire court. Rires.
FANTA KONE : Je suis Fanta. Digital girl, bloggeuse mode et mannequin ivoirien.

Parlez-nous de votre parcours scolaire et professionnel ?

AMENAN TANOH : Alors, j’ai fait tout mon premier cycle et mon secondaire au lycée Sainte Marie de Cocody. J’ai eu un Bac C. Je suis actuellement étudiante en expertise comptable. J’ai toujours été passionnée par la littérature, l’écriture et la mode. Au lycée, j’ai été lauréate du concours littéraire du prix ivoire d’expression francophone.
Concernant le mannequinat, j’ai été finaliste du concours élite model look pour la zone Afrique de l’Ouest et Afrique centrale en 2014 et 2e meilleure mannequin féminin en 2015 au Top 10 de la mode ivoirienne. Avec Fall In Mode, nous avons remporté le prix du meilleur média pour la promotion de la mode lors du Top 10 et ous sommes nominés au West African Fashion Awards dans la catégorie Online fashion media of the year Nous avons également fait une intervention lors des Fashionomics pendant la célébration du cinquantenaire de la Banque africaine de développement (BAD) aux côtés de grands acteurs de la mode africaine.
FANTA : Après l’obtention de mon master en réseaux et systèmes informatiques, je me suis spontanément intéressée aux métiers de l’internet. Je travaille aujourd’hui dans une agence digitale.

D’où vous vient cet intérêt pour la mode ?

AMENAN TANOH : Quand j’étais plus jeune, j’avais ma tante couturière qui vivait avec nous et je me plaisais à ramasser les chutes de ses tissus pour habiller mes poupées. Donc, cela a toujours fait partie de mon environnement. J’ai commencé à flirter avec la mode d’abord avec le blogging, avant de franchir le cap du premier casting. Mais, à vrai dire, ce qui m’intéresse le plus dans la mode, c’est le potentiel créatif dont regorgent la Côte d’Ivoire et l’Afrique en général. Je pense que c’est une industrie d’avenir qui mérite vraiment d’être prise au sérieux et mise en avant. Et j’essaie tant bien que mal avec mes différentes activités de mannequin et de blogueuse de faire bouger les choses.
FANTA : je dirais que c’est un milieu qui m’a toujours intéressé à cause de mon père, qui possédait un atelier de couture. Adolescente, je collectionnais déjà des visuels de mode et posters de mannequins. Le hasard m’a fait intégrer ce monde à l’âge de 21 ans.

11755229_1126281540720107_3883672511697887585_n

Comment vous êtes-vous rencontrées ?

AMENAN TANOH et FANTA : Nous nous sommes rencontrées lors de notre premier casting de mannequin en 2011.

Pourquoi un blog sur la mode et non sur vos différentes formations ?
AMENAN TANOH : Parce que c’est une passion et on le fait naturellement.
FANTA : J’ai commencé à bloguer sur ma formation en plus de la mode. Je me suis naturellement focalisée sur la mode qui m’inspirait plus.

Au-delà d’être blogueuses, vous êtes mannequins. Racontez-nous un peu comment vous gérez les deux activités ?

AMENAN TANOH et FANTA: Les deux vont de pair parce que le mannequinat nous a permis d’avoir un certain capital social et certains accès dans le milieu de mode. Ce qui facilite énormément nos activités de blogueuses.

Qu’est-ce que vous préférez entre les deux ? Le blog ou le mannequinat ?

AMENAN TANOH : Très honnêtement, je dirais que je préfère être blogueuse, puisqu’à la base, c’est ce qui m’a amenée au mannequinat. Je peux également ajouter que le mannequinat m’a permis de développer certains aspects de ma personnalité qui m’aident aujourd’hui dans ma vie de tous les jours. Enfin, le mannequinat est quelque peu limité dans le temps alors qu’on est blogueuse toute sa vie ou en tout cas, tant qu’on le veut.
FANTA : Joker !

Parlez-nous de votre expérience avec LOZA, la célèbre créatrice de mode.

AMENAN TANOH : Loza est une styliste vraiment exceptionnelle. J’ai eu l’occasion de la voir plusieurs fois avant qu’on collabore ensemble à différentes occasions. Et un jour, elle m’a appelée pour me demander si cela m’intéresserait de travailler avec elle. J’ai toute suite accepté.
FANTA : J’ai rencontré Loza lors d’un casting qu’elle avait organisé pour son lookbook. Quelques mois plus tard, elle m’a contactée sur Facebook. J’ai donc eu la chance d’être le visage de trois de ses collections. J’ajouterais que c’est un vrai modèle de réussite et d’inspiration.

11081046_10206173404320856_5542462326995405680_n

Quel regard porte les gens sur vous en tant que mannequin ? Parce que pour beaucoup, mannequin rime avec droit de cuissage, proposition indécente, etc.

AMENAN TANOH : Très sincèrement, je pense que les gens s’attendent d’ailleurs à ce genre de réponses clichées (rires)… Mais, je dirais que les gens qui me connaissent me jugent sur ce que je suis en réalité et savent quelles valeurs sont les miennes. Je pense d’ailleurs, pour ce que je sais de l’industrie de la mode en Côte d’Ivoire, que lorsqu’on a du talent et quelque chose à apporter, on s’impose par son mérite et rien que par ça.
FANTA : Je dirais en bon français ivoirien que « les gens regardent visage » (Rires). On ne m’a jamais indexée. Après, je ne sais pas ce que racontent les gens dans mon dos, et en vérité, je m’en fous royalement. Le mannequinat est un métier noble. Après, comme dans chaque activité, il y a des mauvais pions qui entachent son image.

Qu’est-ce qui vous motive quand vous êtes face à des difficultés ?

AMENAN TANOH : Je me dis que cela présage de lendemains meilleurs et qu’on n’a rien en claquant des doigts. Le chemin de la réussite est long et semé d’embûches. À nous de nous armer de patience et de courage.
FANTA : J’ai des objectifs et un but à atteindre, les difficultés font partie de la vie au quotidien, il faut juste les dépasser et se fortifier.

Qu’avez-vous ressenti lors de la consécration de FALL IN MODE en tant que meilleur webzine de mode ?

AMENAN TANOH et FANTA : Très surprises. Après c’est le résultat d’un travail abattu pendant des mois. Alors nous sommes fières de notre équipe et ce n’est que le début d’une longue et belle aventure.

12118832_1004102186306858_1797636327619779958_n

Pensez-vous que la mode africaine s’impose dans la mode internationale ?

AMENAN TANOH et FANTA : Nous n’avons même pas besoin de le penser. C’est un fait. On voit de plus en plus d’édito dans les magazines internationaux avec des créations des stylistes africains. Des créations que l’on trouve à chaque bout de rue ici sont reprises par de grandes enseignes internationales. Tout cela pour vous dire que l’Afrique est le continent d’avenir de la mode et il serait grand temps que nous en prenions conscience.

Que pouvez-vous dire aux jeunes filles qui veulent suivre vos traces (bloggeuse et mannequin) ?

AMENAN TANOH : Je dirais qu’en toute chose il faut s’armer de patience et de courage. Pour ce qui est du blogging, il faut le faire si vous ressentez le besoin de partager quelque chose. Pas pour ressembler à quelqu’un, c’est votre personnalité et votre identité qui intéresse. Pour ce qui est du mannequinat, ce n’est pas une chose facile et il faut vraiment travailler pour arriver à un haut niveau. Il faut aussi avoir un mental d’acier au risque de laisser tomber à la première difficulté. Mais, avant tout, vos études doivent être prioritaires, car une carrière de modèle est éphémère.
FANTA : Je leur dirai de se lancer corps et âme, ce n’est pas facile, mais ça en vaut la peine.

Avez-vous des projets ?

AMENAN TANOH : Nos projets… (Rires). On ne va pas vous les dévoiler (rires). Plus sérieusement, ça serait de faire de Fall In Mode la plaque incontournable dans le domaine de la mode, développer une image de marque et différentes activités autour de celle-ci.
FANTA : Continuer de faire grandir Fall In Mode.

Votre mot de fin .

AMENAN TANOH et FANTA :
Merci à Ahou de nous donner l’occasion de nous exprimer. Merci à tous ceux qui nous épaulent, nous encouragent dans ce que nous essayons de faire. Vive la mode ivoirienne et comme on le dirait à Fall In Mode « Stay In Style »

Comme FANTA et AMENAN, c’est normal d’avoir des passions et de les vivre à fond. Cependant, il est très important de faire des études et d’avoir des diplômes, car souvent, les passions sont éphémères. Faites vos études afin de mieux canaliser vos rêves et vos passions et vous donner les moyens de pouvoir les réaliser.

10957478_10206750587230068_2718850070033421816_n

 

 

*Crédits photos : Amenan TANOH , Fanta KONE , Daniel SERY,Ramez AOUDE

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.